• Lu pour vous

    Billy Bush, de l'émission américaine Access Hollywood, a rencontré Michael Jackson en Irlande vendredi ou samedi. Les images tournées de MJ en studio avec Will I Am seront vraisemblalement diffusées prochainement. Billy Bush devrait réveler plus de détails en Novembre.

    15 Octobre 2006

    "Il est quatre heures et demi du matin et je me rends à Dublin avec Ray. J'ai passé une grande partie de ces dernières 34 heures à l'arrière de sa voiture. Ray est chauffeur, c'est l'homme à tout faire de Paddy qui possède un studio d'enregistrement au beau milieu du no man's land qu'est l'Irlande. Il s'agit non seulement d'un petit studio pittoresque construit sur le terrain d'une vieille propriété irlandaise traditionnelle tout en pierre... mais aussi du nouveau repaire créatif de Michael Jackson.

    En effet, je viens de faire la toute première interview de Michael Jackson depuis qu'il a quitté les USA en juin 2005. D'emblée, voici ce qu'elle ne contiendra pas:

    Il ne s'agissait pas de se replonger dans l'époque de son procès. J'étais prêt à lui poser des tas de questions sur ses erreurs et les leçons qu'il en a tirées, mais croyez-moi, lui n'y comptait pas. Dans le studio, il a demandé la permission de nous laisser le filmer cinq minutes, tandis qu'il "collaborait" avec Will I Am des Black Eyed Peas. En fin de compte nous avons filmé pendant 40 minutes et j'ai quand même pu lui poser quelques questions sur sa musique et ses idées de retour.

    Michael Jackson était nerveux et agité. Il était réellement tiraillé entre l'envie de rester à s'amuser en écoutant de la musique et celle de partir avant de se faire à nouveau crucifier par une interview télévisée - enfin, d'après son propre point de vue.

    L'attachée de presse et conseillère de Michael, Raymone Bain, nous a fait savoir (à mon producteur exécutif Rob Silverstein et moi-même) que Michael souhaitait d'abord nous rencontrer seuls, sans les caméras, dans sa petite maison de campagne. Nous avons bien entendu accepté, et peu après nous étions assis à la table de cuisine dans une petite maison de pierre tout-à-fait modeste et confortable. Nous l'avons vu descendre par l'escalier en spirale. D'abord ses bottines, puis son pantalon noir bordé d'or, et enfin sa veste de velours par-dessus un t-shirt blanc. Il s'est ensuite tourné vers nous. Je l'admets, mon coeur battait plutôt vite. C'est un personnage mythique, on ne peut être plus atypique et intouchable que lui.

    Ma première impression a été de le trouver en bonne santé. En forme. Comme Paddy nous l'avait expliqué plus tôt, les artistes viennent profiter de tous les avantages de sa propriété: les ballades dans la nature et à cheval, la nourriture bio du jardin, la piscine d'eau de source intérieure, la paix et le calme. Michael s'y est beaucoup plu jusqu'ici bien qu'il n'y vive pas.

    Nous nous sommes levés pour lui serrer la main et avons commencé à bavarder. Michael nous à rapidement fait comprendre qu'il ne voulait pas faire d'interview. Il était seulement d'accord pour que nous filmions pendant que lui et Will écoutaient quelques échantillons sonores pour préparer son retour. Je lui ai dit que nous n'avions qu'à y aller et ne rester qu'autant de temps qu'il le souhaiterait. Il a accepté d'un air pensif, nous nous sommes donc dirigés vers la porte pour nous mettre en route pour le studio, à une cinquantaine de mètres de là.

    Cette interview est un pas minuscule pour Michael.

    Une dizaine de minutes après le début de notre séance, après lui avoir posé quelques questions, Michael s'est interrompu en essayant de s'échapper de l'interview. Il n'aimait pas nos questions quelque peu lourdes de sous-entendus, c'est pourquoi il encourageait Will à passer d'autres extraits pour que nous les filmions juste comme ça.

    Finalement, nous avons pu continuer à faire un peu des deux. A un moment, j'ai suggéré à Michael de refaire "Thriller" version nouvelle génération, avec des éléments CD/DVD et Internet, faire ce qui a déjà du succès mais en le rafraîchissant grâce à l'aide experte d'un producteur comme Will I Am. Le visage de Michael s'est éclairé. Cela semble difficile à croire, mais il n'avait encore jamais pensé à ça.

    Quand il écoutait la musique sans que je ne l'embête avec mes questions, l'on pouvait voir en lui des étincelles de vie et d'énergie. Il fredonnait quelques airs et à un moment s'est levé, s'est dirigé vers le fond de la pièce pour bouger sur la musique... il dansait presque.

    Michael était avec ses enfants. Je ne les ai pas vus mais Paddy, le propriétaire du studio, a dit qu'ils s'amusaient comme des fous à jouer avec ses enfants à lui, et à profiter de ce coin de campagne magnifique. D'après Paddy, Michael se lève le matin pour leur préparer le petit-déjeuner, généralement du Porridge (bouillie chaude de flocons d'avoine) avec des fruits. J'espère que la vie de Michael est aussi normale que possible. Ce n'est bien sûr pas le cas. Personne ne sait rien de lui. Est-ce qu'il conduit? Apparemment oui, ça lui arrive à l'occasion. Il a même eu un portable jusqu'à ce qu'il le perde le lendemain.

    Voilà enfin quelque chose de normal auquel les gens peuvent s'IDENTIFIER.

    Je le répète, ceci était un premier pas pour Michael. Il était excité mais tout autant terrifié. Il s'agit pour lui de savoir s'il peut faire confiance aux gens ou pas. Et sur ce plan, ses résultats passés ont été désastreux. Peut-être que nous pourrons l'aider à les améliorer.

    J'ai comme la certitude qu'il ne va pas s'arrêter là."

    Source :
    accesshollywood.com


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :